Commode en marqueterie de quartefeuilles,…

Lot 210
15 000 - 25 000 €

Commode en marqueterie de quartefeuilles,…

Commode en marqueterie de quartefeuilles, la façade à ressaut central ouvrant à deux tiroirs, les montants à pan coupé et décor de cubes sans fond terminés par des pieds cambrés, la marqueterie en bois de rose, satiné, amarante et ébène à carrés de quartefeuilles dans une frise de treillages et rosaces.

Epoque Louis XVI (manques).

Dessus de marbre blanc (réparé).

H : 89 cm, L : 133 cm, P : 62 cm

Note



Le léger mouvement des côtés et l'absence de tiroir dans la ceinture confèrent à cette commode une élégance particulière que l'on retrouve également sur une autre commode, estampillée de Nicolas Petit, reprenant le même type de marqueterie de panneau de quartefeuilles dans des carrés dans un entourage de treillages (J. Nicolaÿ, L'Art et la manière des ébénistes français au XVIIIe siècle, Paris, 1956, p.361, probablement celle vendue le 5 mars 1936, n°251, voir illustration). Une autre commode similaire a été vendue à Paris, étude Ader, le 12 mars 2014, lot 233 estampillée de Léonard Boudin. Bien qu'il n'en soit pas nécessairement l'auteur mais plus vraisemblablement en charge de sa commercialisation, Léonard Boudin affectionnait particulièrement ce type de marqueterie. On le retrouve sur une commode très proche vendue à Paris, le 9 décembre 1955, une autre également à Paris le 20 décembre 1988 et enfin une troisième à Versailles, le 6 novembre 1988. Outre Nicolas Petit, cette marqueterie orne également les ouvrages de Laurent Cosson, François Reizell (commode du musée de Tours) ou Louis Moreau. Il est également intéressant de noter que ce motif fût également celui retenu par Daniel De Loose pour une paire de commodes livrées par Joubert au comte de Provence en 1771 au château de Marly, dont l'une est aujourd'hui conservée au musée-promenade de Louveciennes et l'autre toujours dans une collection privée
Mes ordres d'achat
Informations sur la vente
Conditions de ventes
Retourner au catalogue